Toujours le même et pourtant toujours différent, le bassin d’Arcachon voit ses contours évoluer au fil des courants océaniques. À marée haute, quand l’eau s’engouffre en son coeur, il s’étend sur 155 km², tandis qu’à marée basse, sa superficie se réduit comme peau de chagrin. Une valse à deux temps, au cours de laquelle se mélangent l’eau salée de l’océan et l’eau douce du fleuve la Leyre, ce qui a permis le développement d’un écosystème hors du commun, surplombé par un géant de sable qui veille à la tranquillité des lieux.

La dune du Pilat, palissade géante entre terre et mer

Paysage emblématique du patrimoine local et national, ce colosse de sable, qui s’étend sur près de 500 mètres de largeur et 2.7 km de longueur, magnétise tous les regards. Et pour cause, avec sa centaine de mètres de hauteur, elle est la plus haute dune d’Europe. Une oeuvre démesurée façonnée par la seule puissance du vent depuis plus de 4000 ans : à force de souffler sur le littoral, les grains de sable se sont entassés pour former cette montagne. Selon les quantités de sable déplacées, sa hauteur peut varier de quelques mètres. Mais le plus impressionnant reste qu’elle gagne du terrain sur les terres, se déplaçant de 1 à 5 mètres vers la forêt, tous les ans. Un rythme d’escargot comparé aux 40 mètres annuels qu’elle grappillait aux terres habitables, il y a encore 150 ans. Heureusement, en 1787, un ingénieur des Ponts et Chaussées, Nicolas Brémontier, a l’idée de ralentir le phénomène en créant un barrage naturel avec la plantation d’une pinède.

La forêt landaise patrimoine forestier à préserver

Couvrant plus de la moitié du territoire forestier d’Aquitaine, la forêt des Landes est un paysage naturel indissociable du bassin d’Arcachon. Vue du ciel, sa forme conique tirée au cordeau, rappelle que celle-ci a été plantée par l’Homme. Composée à 80 % de pins maritimes, dont la résine est hautement inflammable, la forêt landaise est particulièrement vulnérable. Depuis 1970, le parc naturel régional de la forêt des Landes se fait le garant de 3 150 km², répartis sur 51 communes. Préserver, gérer et valoriser ce territoire, telles sont ses principales missions. Si l’autre partie de la forêt landaise est destinée à la sylviculture, la région et les exploitants s’engagent aujourd’hui vers le développement durable de ce patrimoine naturel. Cela passe par notamment par une gestion raisonnée des arbres, qui suit le cycle de de la nature. Une initiative récompensée par la certification PEFC (qui correspond en français au Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières), distribuée par un label européen qui s’attache à certifier la gestion durable des forêts des pays membres de l’U.E.

Entre le bleu de l’océan, le jaune de la dune du Pilat et le vert de la pinède, le bassin d’Arcachon est un trio chromatique, qui pourrait s’imposer à l’avenir comme un duo. Compte tenu de sa progression inexorable que même la pinède landaise ne pourra empêcher, la dune du Pilat reste sous haute surveillance. En hommage à une nature puissante maîtrisée en douceur par l’Homme, elle bénéficie du titre honorifique de « Grand Site de France ».