1. Les nuages sont très lourds, contrairement à ce que leur aspect cotonneux et leur faculté à flotter dans les airs laissent présager. Chargés de particules d’eau liquide (gouttelettes) ou solide (cristaux de glace ou flocons de neige), les nuages possèdent une densité d’eau d’environ 0,5g/m3. Un nuage de 100 km3 peut alors peser jusqu’à 500 000 000 kg ! S’ils ne vous tombent pas sur la tête, c’est que la masse volumique de l’air qui les soutient est supérieure à la leur.

2. Il existe 10 « genres » de nuages. Une classification établie en 1803 par Luke Howard, météorologiste britannique, et basée sur leurs formes comme leurs altitudes. On distingue ainsi les Cirrus, Cirrocumulus et Cirrostratus à l’étage supérieur, les Altocumulus, Altostratus, et Nimbostratus (ce dernier peut toutefois déborder sur tous les étages) à l’étage intermédiaire et les Stratocumulus, Stratus, Cumulus et Cumulonimbus à l’étage inférieur (les deux derniers ont la particularité de pouvoir s’étendre aux niveaux supérieurs).

3. Le plus grand nuage jamais découvert pèse 40 milliards de fois le poids de la Terre. Évoluant dans une galaxie située à 12 milliards d’années-lumière de notre planète, ce gigantesque nuage contiendrait assez de vapeur d’eau pour alimenter tous les océans de la Terre plus de 140 billions de fois.

4. Les nuages se forment par évaporation de l’eau de nos rivières et océans. Une vapeur d’eau invisible qui monte au ciel, avant de se transformer en gouttelettes si légères qu’elles demeurent en suspension, formant ainsi des nuages.

5. Un nuage n’est pas forcément blanc ou gris. C’est notamment le cas des nuages polaires stratosphériques, plus communément appelés nuages nacrés. Leur particularité ? Emprunter les couleurs de l’arc-en-ciel, donnant au ciel une allure féerique. De quoi concurrencer les plus beaux ciels étoilés de France !