Homme aux multiples casquettes, Allain Bougrain-Dubourg, écrivain, réalisateur entre autres est également le président de la Ligue pour la protection des animaux. Passionné par la nature, c’est en Tanzanie, dans la réserve du Ngorongoro, qu’il puise l’espoir d’un monde harmonieux entre l’Homme et l’animal. Ce volcan éteint depuis deux millions d’années a laissé un cratère de 20 kilomètres de diamètre dans lequel se promènent zèbres, gnous, buffles ou encore grues royales à la crête fantaisiste. « Une arche à ciel ouvert » comme se plait à dire Allain Bougrain-Dubourg. Il faut dire que cet endroit insensé de beauté abrite l’une des concentrations animalières les plus importantes du monde.

« Je voulais faire passer un message et ensuite créer des vocations »

Allain Bougrain-Dubourg parle de son nouveau livre " Il faut continuer de marcher "

Allain Bougrain-Dubourg revient avec un livre qui retrace son parcours d’homme qui s’est laissé guider par ses multiples passions. À travers la lecture de ses chemins de traverses d’un original épris de nature, on devine une vie foisonnante mâtinée de chance. Publié aux Éditions de la Martinière, « Il faut continuer de marcher » est sans doute le livre dans lequel il se dévoile le plus. Mais pas de narcissisme mal placé, juste la volonté de faire part de son expérience, pour passer le relais aux générations futures et ouvrir la voie des vocations à certains. S’il juge sa démarche ambitieuse, à l’écouter, nous pensons que la lecture d’un destin si haut en couleur ne peut qu’être un bagage de plus à l’échafaudage de nos vies.