« Manger frais et local tous les jours c'est possible : du producteur directement au consommateur ». Telle est la promesse que fait Christophe Moegling aux Strasbourgeois avec son Petit Marché d’Alsace. Fondée en 2015, son entreprise de livraison à domicile, pour les particuliers comme les professionnels, s’appuie sur un circuit court sans intermédiaire. Une seule chose à faire : se rendre sur le site internet et passer commande. Grâce à cet homme, le champ n’est plus qu’à un clic de l’assiette.

Retrouver le goût du local

Attaché à son Alsace et à ses richesses, Christophe Moegling a « toujours défendu le local ». Fort de ses connaissances dans le domaine de la logistique, il profite de la création d’un maraîchage de proximité de 11 hectares sur l’îlot de la Meinau, « à 7 km à vol d’oiseau du centre de Strasbourg », pour ouvrir les portes de son Petit Marché d’Alsace. Le but ? Soutenir les agriculteurs et valoriser leur travail auprès du grand public « en livrant des produits locaux et régionaux ». C’était en 2015. Aujourd’hui, son entreprise connaît un véritable succès, redistribuant près de « 2,5 tonnes de marchandises, toutes confondues, par semaine ». Au menu : des fruits et légumes, de la viande, des produits laitiers… De quoi se régaler de l’entrée jusqu’au dessert. Car le plus important pour Christophe, c’est le goût. Une qualité essentielle qui, à ses yeux, fait toute la différence. « Prenons une tomate cultivée en Espagne. Entre cette dernière et la nôtre, il y a 2 000 km de différence. Même si elle est de très bonne qualité au départ, elle est chargée encore verte dans les camions. Elle mûrit donc sur le trajet, sans soleil, ce qui explique qu’elle manque de goût. Notre tomate, elle, est cueillie à maturité, 12h au maximum avant de se retrouver dans l’assiette du consommateur ». C’est la raison pour laquelle il met un point d’honneur à choisir ses producteurs dans « un rayon maximum d’une quarantaine de km ».

Un service toujours plus responsable et citoyen

Livrer des produits locaux c’est bien, en respectant l’environnement c’est mieux. Pour Christophe, il était donc important de se munir « de véhicules les plus écologiques possible afin de réduire l’empreinte carbone » de son Petit Marché. Aujourd’hui, c’est grâce à l’entreprise alsacienne Citiz, et à sa flotte de voitures en autopartage, qu’il honore les commandes de ses clients. En discussion avec son partenaire, notamment, au sujet de véhicules électriques, Christophe vise le zéro carbone. Pour commencer, à partir du 2 septembre prochain, il se servira, trois fois par semaine, d’une barque à propulsion électrique. Un mode de livraison propre et original qu’il est possible d’utiliser grâce à la présence du Rhin Tortu, une rivière qui jouxte l’îlot de la Meinau.

Mais Christophe l’assure, son Petit Marché ne se contente pas d'acheminer les marchandises jusqu’aux Strasbourgeois, il tisse de véritable liens avec eux. « Tous nos livreurs ont reçu une formation concernant nos produits afin qu’ils puissent conseiller les personnes qui auraient des questions. Ce n’est pas simplement sonner puis repartir. Si un client veut échanger, nous prenons le temps ». Même les restaurateurs sollicitent leur expertise. « Une ou deux fois par an, quand ils élaborent leur nouvelle carte, ils nous demandent de passer pour en discuter », explique-t-il.

Relation de proximité, produits locaux, et réflexion autour de la diminution des émissions de CO2, tels sont les trois piliers du Petit Marché d’Alsace. Une triade qui fait le bonheur des Strasbourgeois et de leur palais.