Bien que les villes n’occupent que 2% de la surface de la Terre, elles consomment près de 75% de l’énergie produite et sont à l’origine de 80% des émissions de CO2 rejetées. Un constat qui amène Barcelone à repenser son modèle urbain. En 2015, la cité catalane inaugure sa nouvelle politique environnementale, dont la clé de voûte repose sur les énergies renouvelables. Désormais, toutes ses actions convergent vers un seul et même but : la décarbonisation totale et l'autosuffisance énergétique, envisagées pour 2050. Á cet objectif à long terme s’ajoutent une réduction de 10% de sa consommation énergétique d’ici 2020 et la production de 10 % d’énergie renouvelable en 2024. Si à Barcelone la vie s’écrit en couleurs, l’avenir, lui, se dessine en vert.

Un plan d’action, quatre champs d’applications

Pour remplir ses objectifs, Barcelone mise sur quatre grandes sources d’énergie renouvelable. Forte de 2 513 heures d’ensoleillement par an, cette dernière capitalise particulièrement sur l’énergie solaire. Dès 2012, près de 90 000 m² de panneaux photovoltaïques fleurissent sur ses toits. Mais la ville voit plus loin encore, envisageant d’en installer au sommet de tous les immeubles. Á ces solutions lumineuses, s’ajoutent celles proposées par la géothermie, ou comment convertir la chaleur du sous-sol en énergie. Un procédé utilisé, notamment, lors de la réhabilitation de l'hôpital Sant Pau, édifice du 19e siècle construit par l’architecte Lluís Domènech i Montaner à qui Barcelone doit également le Palais de la musique catalane. Enfin, autre source d’énergie inépuisable dont la capitale catalane tire parti, celle produite par les déchets organiques. Très engagée dans le recyclage - pas moins de cinq poubelles différentes sont à disposition des habitants (marron pour les déchets organiques, jaune pour le plastique, verte pour le verre, bleue pour le papier et le carton et grise pour le reste) -, la ville transforme les résidus d'origine animale ou végétale en biogaz alimentant ainsi presque entièrement l’écoquartier de Poblenou.

Á Barcelone, la transition énergétique est définitivement en marche. Il ne reste plus qu’à conjuguer l’effort de la municipalité à celui des habitants et des entreprises privées pour que les ambitions de la ville se concrétisent.