Les calanques méditerranéennes se font formées sous l’eau, par accumulation d’organismes marins fossilisés, il y a 250 millions d’années. Au cours des différentes ères géologiques, ces massifs calcaires ont fini par faire surface avant d’être sculptés par l’érosion. Vestiges d’une époque immémoriale, les calanques participent aujourd’hui au charme de la Provence. Chaque année les visiteurs affluent vers ces mythiques falaises, s’étendant à l’ouest de Marseille et de son vieux Port jusqu’au massif rougeoyant de l’Esterel. Et on les comprend.

Le parc national des calanques : légendaire toile de fond provençale

Á cheval sur les villes de Marseilles, Cassis et La Ciotat, le parc national des calanques veille sur 8 500 hectares de terre et 43 500 hectares de mer. Une immensité qui n’a d’égal que ses paysages époustouflants. Difficile de résister au pouvoir magnétique de ces falaises qui s’élancent vers les eaux azuréennes. Parmi elles, l'incontournable calanque d’En-Vau, dont les hautes et abruptes paroies lui valent le surnom de « reine des calanques ». Le long de ses pentes fouettées par le mistral, on en oublierait presque que cette dernière se situe dans le 9e arrondissement de la cité phocéenne. Une évasion que garantit également sa voisine, la calanque de Sormiou. Plus large de toutes, cette dernière encercle une plage dorée, où il fait bon se relaxer. Toujours à Marseille, à l’extrémité sud du 8e arrondissement cette fois, place à la première de toutes les calanques : celle de Callelongue. Un bout du monde préservé de l’agitation urbaine que se partagent quelques cabanons de pêcheurs. Autre atmosphère, à une quarantaine de km de là, avec la calanque de Figuerolles, à La Ciotat. Accessible uniquement par un escalier de 87 marches, elle s’ouvre sur une crique cernéede deux falaises ocre aux formes étranges. En témoigne leur nom : le bec de l’Aigle et le rocher du Lion.

Le massif de l’Esterel : des calanques incandescentes

Si à Saint-Raphaël les visiteurs ont les pieds dans l’eau, leur regard, lui, se porte sur le flamboyant massif de l’Esterel se jetant dans la mer. Entre les rouges des falaises, le vert des pinèdes et le bleu de l’eau, le contraste de couleurs est saisissant. On marquera volontiers un temps d’arrêt à la calanque du petit Caneiret. Intimiste, sa plage de galets rouges est l’endroit idéal pour se délecter des mille nuances de la Corniche d’Or. De quoi en prendre plein la vue à l’ombre des parois rocheuses et repartir des souvenirs plein la tête.