Après le massif des Alpes dans Belle et Sébastien (2013) ou encore les Rocheuses canadiennes dans Le Dernier Trappeur (2004), c’est naturellement que le réalisateur français Nicolas Vanier souhaitait revenir dans sa Sologne natale avec son film L’École buissonnière, dans lequel François Cluzet tient le rôle principal. À mi-chemin entre la vallée de la Loire et celle du Cher, cette région naturelle forestière a accueilli la quasi-totalité du tournage. Véritable décor naturel, la Sologne est aussi un refuge pour nombre d’espèces comme des sangliers ou des chevreuils. En plein cœur de la France sauvage, un espace préservé auquel s’est beaucoup attaché l’acteur.

« Un vrai challenge en tant qu’acteur »
François Cluzet présente son nouveau film "L'École buissonnière"

Entièrement tourné en Sologne, L’École buissonnière sort dans les salles le 11 octobre 2017. Un conte initiatique sur le milieu naturel à travers l’histoire de Paul, un jeune garçon de Paris qui découvre cette région de forêts, d’étangs et de landes. Rapidement, ce dernier fait la rencontre de Totoche, un homme des bois qui vit du braconnage, joué par François Cluzet. Une complicité va naître entre les deux, autour de l’amour de la nature.

François Cluzet en Sologne, dans le Centre-Val de Loire