Si Harlan Coben, le maître du polar nous fascine avec ses intrigues impeccablement ficelées, lui c’est la beauté préservée du Costa Rica qui le subjugue imparablement. À la croisée des océans Atlantique et Pacifique, cette terre offre à la nature une toile vierge où s’exprimer sans entrave. Et le tableau est grandiose : forêts tropicales, plages, cascades cristallines, volcans… C’est « sur une terrasse en face de la mer et de l’horizon », quand les rayons de l’aurore embrasent le paysage que l’écrivain aime le contempler sereinement.