Désarmée par la diversité et la fragilité des îles Galápagos, Hélène Grimaud est intarissable d’éloges sur cet archipel, bastion d’une biodiversité endémique. Une nature puissante et originelle qui mettra Darwin sur la voie de sa célèbre théorie de l’évolution. Celles que l’on appelle « les Enchantées » semblent avoir suscité chez Hélène Grimaud un sentiment d’émerveillement très fort teinté de modestie face à autant de trésors naturels. Des richesses qu’elle contemple avec un regard responsable, consciente de leur vulnérabilité. Un discours sur la planète entre émotion et devoir de préservation.

« L’eau comme source de vie et d’inspiration »

Hélène Grimaud présente son album "Water"

Hélène Grimaud mêle avec virtuosité l’art et la nature. Connue pour son travail avec les loups et la musique, elle revient cette fois avec une variation musicale sur le thème de l’eau. Fascinée par le son unique de cet élément naturel, elle lui rend hommage dans un album tout en grâce et en subtilité. Pour que l’expérience sensorielle soit complète, Hélène Grimaud et Douglas Gordon, artiste vidéaste écossais, ont imaginé une installation visuelle mémorable lors d’un concert à New York où l’eau était l’invité d’honneur de la soirée. Un moment acoustique magique, entre ferveur et recueillement pour celle qui a su transcender cet élément avec toute la délicatesse et la sensibilité que l’on lui connait.