Il est inséparable de l'eau et essentiel à la vie sur notre planète. L'air accompagne tous les êtres vivants, des hommes aux végétaux, en passant par les animaux. Du premier au dernier souffle, sa pureté garantit la survie des espèces. Un élément à sauvegarder à tout prix. Pourtant, cela a beau être une évidence, préserver notre oxygène ne semble pas encore aussi inné que de le respirer.

En voyage comme dans les trépidations quotidiennes, il est possible de réduire notre empreinte carbone. Comment ? D'abord en apprenant à se déplaçer autrement grâce à la mobilité durable. Autant que faire se peu, privilégions les moyens de transports doux. Coupons nos moteurs et renouons avec la nature en deux roues ou à pied. Rien de tel, par exemple, que de découvrir les îles d'Aran, en Irlande, à bicyclette, au gré du vent. Même à l'autre bout du monde, respirons à pleins poumons l'air pur des plus hauts sommets de la région du Kumaon en Inde, au gré des chemins de marche. Filons sur les rails, plutôt que de voler à travers les nuages. Ensuite, adoptons des gestes simples mais au combien salvateurs pour notre planète. Consommons des produits locaux et de saisons. Au-delà de ravir nos papilles, cela limite le transport de marchandises et par conséquent, les émissions de CO2. Baissons d'un ou deux degrés la température de notre pièce de vie et enfilons un pull. Il est grand temps de laisser l'air libre.