Il fallait à cette conférence une date de lancement officielle. Mais voilà des mois que Paris organise en coulisses le plus grand événement diplomatique que la France ait accueilli, en plus d’être l’une des plus importantes conférences sur le climat jamais organisées. L’enjeu est aussi primordial qu’universel : les pays membres de l’ONU (Organisation des Nations Unies) sont réunis pour convenir d’un accord visant à maintenir le réchauffement climatique en dessous du seuil des deux degrés d’ici 2100.

Ban Ki-moon, chef d’orchestre de la COP21

Si François Hollande, Ségolène Royal et Laurent Fabius sont les visages familiers de la Conférence sur le climat, l’impulsion d’un seul homme pouvait mobiliser 197 chefs d’États. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, était aux côtés du Président de la République pour accueillir d’une poignée de main chaleureuse les 150 chefs d’États qui se sont déplacés pour l’occasion. Une image marquante pour un rendez-vous historique.

Dans l’interview qu’il nous a accordée, Ban Ki-moon se montre optimiste et déterminé : « Nous n’avons pas encore pris de décision, le moment est venu de le faire. » En effet, les prévisions des scientifiques sont sans appel : la planète a déjà commencé son évolution vers des températures de plus en plus élevées. C’est une véritable course contre la montre gagnée d’avance par la nature si les hommes n’ont pas la modestie de marcher à ses côtés.

Des idées et des hommes en marge de la conférence officielle

Un chemin qui se parcourt avec l’aide de chacun d’entre nous. Comme le mentionne le dessinateur d’Elyx, le petit bonhomme mascotte virtuelle de la COP21, « nous ne faisons qu’un, ‘we are one’ est le slogan qui accompagne le personnage parce que nous formons une entité globale qui s’appelle l’humanité. » La force et l’union sont désormais les moteurs de cette nouvelle énergie nécessaire pour aborder un monde sans carbone avec des solutions déjà existantes qui ne demandent qu’à être appliquées.

L’agenda des solutions est un rendez-vous initié conjointement par les gouvernements français et péruviens, lieu de la dernière COP, qui se perpétuera bien après la date de clôture. Il constitue un soutien considérable à la concrétisation d’actions en faveur du climat. D’autres événements ont été pensés pour impliquer davantage les citoyens dans une démarche environnementale. La Conférence de la Jeunesse, la COY (« Conference of Youth » en anglais) a réuni, du 27 au 29 novembre 2015, plus de 5 000 jeunes du monde entier venus présenter des projets durables à l’échelle locale. Trois jours pour afficher leur implication dans un monde qui change irrémédiablement. Une motivation partagée, en amont de la COP21, par 1 000 collégiens venus présenter le livre blanc de la jeunesse à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale.

Les entreprises ont aussi un rôle immense à jouer dans la transition énergétique et donc un lieu dédié. Du 4 au 10 décembre, le Grand Palais accueille Solutions COP21. En plus des ateliers ludiques et pédagogiques, des projections de films, des expositions artistiques, ce forum gratuit et ouvert à tous rassemble les projets d’entreprises qui œuvrent dans le sens du climat. Tous ces exemples sont autant de démonstrations de volonté qui convergent vers la même promesse : celle de réparer une planète endolorie par une empreinte devenue trop lourde. Et le poids de l’espoir multiplié par sept milliards, ça fait combien ?