Située sur le plateau du Korat, la région de l’Isan est délimitée au sud par le Cambodge et au nord-est par le fleuve Mékong, frontière naturelle avec le Laos. Couvrant pas moins d’un tiers du pays, cette terre à tout le loisir de nous surprendre.

Une nature sauvage et préservée

La région de l’Isan, c’est avant tout le charme des terres rurales jalonnées de villages typiques. Qu’importe où se pose le regard, d’immenses prairies et rizières s’étalent à perte de vue. Selon la saison, les alentours prennent alors des allures de nuancier à ciel ouvert. Avec toute l’impétuosité qu’on lui connaît, la nature a fait jaillir des montagnes et des forêts tropicales qui dessinent une ligne d’horizon tout en sinuosité. Ces dernières comptent d’ailleurs parmi les mieux préservées du pays puisque la région abrite le plus ancien parc national : Khao Yai, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Une émeraude végétale où s’entrelacent des cascades vaporeuses et un bestiaire digne du Livre de la jungle, mené par une horde d’éléphants sauvages en tête de peloton. De quoi faire ressurgir votre âme d’aventurier en herbe.

L’Isan, région (pré) historique thaïlandaise

Du 9e au 13e siècle, le nord de la Thaïlande est entre les mains du royaume Khmer, qui règne alors sur une grande partie de la péninsule indochinoise, située entre la Chine et l’Inde. Aujourd’hui, les vestiges architecturaux hérités de cette période fleurissent au sud de l’Isan. Dans l’actuelle province thaïlandaise de Nakhon Ratchasima se trouve ainsi le temple de Wat Phimaï. Érigé au 11e siècle, ce fleuron de la civilisation Khmer met en avant une finesse artistique remarquable avec son prang central - haute tour pyramidale - sculpté si minutieusement que l’on croirait de la dentelle. Il aurait d’ailleurs servi d’inspiration à la construction de l’ancienne capitale du royaume Khmer : l’illustre Angkor Wat.

Pour faire un saut dans le temps encore plus vertigineux, il faut se rendre dans la partie septentrionale de la région, au coeur de la province d’Udon Thani. Celle-ci abrite le plus important site archéologique d’Asie du sud-est : Ban Chiang. Les poteries et céramiques retrouvées ont permis aux scientifiques d’établir que la présence humaine dans la région remonterait à l’an 2500 av. J-C, ce qui nous ramène tout droit à l’âge du bronze. Enfin, l’Isan réserve une surprise de taille aux amateurs de paléontologie : le parc national du Phu Wiang et ses sites de fouilles, où a été découvert, en 1993, un fossile vieux de 110 millions d’années, cousin de surcroît avec le dinosaure Tyrannosaurus rex.

À la croisée du patrimoine naturel et historique, la région de l’Isan laisse entrevoir une Thaïlande intacte et préservée, comme si les siècles n’avaient pas eu de prise sur elle. Une bouffée d'authenticité pour ce pays trop souvent résumé à ses plages paradisiaques.