L’Italie séduisante encore et toujours ! Destination très appréciée par les personnalités de « Là où je t’emmènerai », cette semaine, Corinne Touzet nous fait part de son coup de cœur pour les Pouilles, cette région du sud de l’Italie enclavée entre la Mer Adriatique et la Mer Ionienne. Si elle abrite de multiples trésors comme Lecce, étape incontournable pour revivre l’époque baroque, le Gargano s’impose par son calme et sa sérénité.

Le Gargano, un environnement inédit en Italie

Pour ceux qui s’interrogeaient sur l’excroissance de la botte italienne côté adriatique, et bien le Gargano se situe précisément ici ! Afin que la métaphore soit filée jusqu’au bout, on appelle cette région « l’éperon » de l’Italie. À en voir uniquement ce bout de terre isolé sur une carte, nous imaginons sans peine son caractère paisible et indépendant, en rupture avec les paysages croisés comme les maisons Trulli d’Alberobello et la « ville blanche » d’Ostuni. Cependant, il existe un fil rouge plutôt cousu de blanc pour l’occasion entre ces différents tableaux naturels : la pierre de calcaire. Très présente dans le sol rocheux des Pouilles, ce minéral baptisé « Pierre de Lecce » se retrouve décliné, de façon plus ou moins brute sur le plateau montagnard du Gargano. Si le littoral est composé de ces fameuses arches calcaires comparables aux falaises d’Étretat et de nombreuses grottes, une végétation luxuriante tapisse l’intérieur des terres. La Foresta Umbra, autrement dit la forêt ombrienne, située dans le parc national de Gargano, offre une biodiversité abondante. L’arrière-pays (au passage beaucoup moins prisé en été) s’apparente à un havre de paix rafraîchissant dans lequel vagabonde une faune riche essentiellement composée de volatiles en tout genre dans un cadre hors du commun.

Les îles Tremiti, un paradis insulaire au large du Gargano

Lorsqu’il s’agit de « cadre hors du commun », les îles Tremiti arrivent à point nommé. Si la densité de la forêt ombrienne ne propose pas de panorama donnant sur les îles Tremiti, l’envie de prendre le large se fait d’autant plus ressentir. Composé de trois îles : San Nicola, San Domino et Capraia, cet archipel forme à lui seul un lieu unique pour profiter de la nature sous toutes ses coutures. Sur terre comme en mer, le spectacle se révèle enthousiasmant et éloquent de beauté. Haut lieu de la plongée sous-marine, les plongeurs viennent autant voir les poissons que la statue du Padre Pio, gisant par plusieurs mètres de profondeur. Figure religieuse emblématique dans toute l’Italie et particulièrement dans les Pouilles, un culte lui est voué en raison de ses prédispositions miraculeuses à guérir de nombreux malades. D’un point de vue plus prosaïque, les fonds marins sont riches et très peu pollués. Une autre forêt couvre le relief : l’herbe de posidonie, présente en Méditerranée et notamment aux alentours du Fort de Brescou au Cap d’Agde. À la fois garde-manger et habitat confortable, ces prairies sous-marines abritent un écosystème foisonnant. Les amateurs de pierre ou ceux qui n’ont pas le pied marin apprécieront le décor environnant et la douceur propre à la vie insulaire. Enfin, les couchers de soleil font l’unanimité : feu d’artifice naturel, ils rivalisent chaque soir de couleurs. Un endroit attachant parce que résolument authentique que l’on aimerait montrer à nos êtres chers et garder jalousement secret, à l’abri du tout-venant !