Longeant la côte bretonne sur près de 1700 kilomètres, le sentier de Grande Randonnée GR 34 est un incontournable pour les amateurs de marche à pied. Anciennement connu sous le nom de Sentier des Douaniers, il longe le littoral de Bretagne, de l’Ille-et-Vilaine au Morbihan. Jadis parcouru par des patrouilleurs chargés de lutter contre la contrebande venue d’Angleterre, le GR d’aujourd’hui est un enchaînement de pistes sinueuses avec des nouvelles couleurs et des paysages différents à chaque virage… Autant de sources d’inspiration pour les peintres impressionnistes de la deuxième moitié du 19e siècle comme Renoir, résident talentueux de Saint-Briac. De la pointe du Grouin à la pointe de la Garde Guérin, ce sont près de 35 kilomètres de panoramas sauvages et naturels qui s’ouvrent à vous. Top départ !

La Pointe du Grouin, la magie de la Bretagne en un clin d’œil

Marquant le début de la Côte d’Émeraude, la pointe du Grouin est connue des amateurs de voile, puisqu’elle est la ligne de départ de la Route du Rhum qui a lieu tous les quatre ans. Ce promontoire rocheux est surtout un point d’observation exceptionnel, donnant sur quelques-uns des plus beaux sites de la région, du cap Fréhel à Granville en passant par la baie du Mont Saint-Michel. Sont à découvrir, au loin, les reliefs déchiquetés de l’île des Landes, un bout de terre inhabité abritant plus de mille couples de goélands. Un bonheur pour les ornithologues. Malgré les assauts du vent salé, des embruns et la rudesse du sol, de nombreuses essences végétales s’y développent. Criste marine, inule perce-neige ou petite centaurée font toute la richesse du lieu.

La Pointe de la Garde Guérin, là où le ciel rencontre la terre

Fin du parcours au nord de Saint-Briac, au niveau de la pointe de la Garde Guérin, qui s’avance dans la mer telle une presqu’île. Occupée par les hommes dès l’Antiquité, on peut encore apercevoir sur ses flancs les vestiges des dolmens érigés par les Armoricains. Ce peuple celte venu d’Irlande et de l’île de Bretagne vers le 5è siècle avant JC a baptisé la région Are Mor Ica, « Le Pays qui longe la mer », et y restera installé jusqu’à la conquête de la Gaule par Jules César. La flore et la faune y sont typiques des côtes bretonnes. Bruyères fleuries et fougères aigle alternent avec des orchis à large feuille, une variété d’orchidée protégée qui réussit à se faire une place entre les roches compactes. Et elle n’est pas la seule à avoir élu domicile, plusieurs espèces protégées de chauve-souris, comme le Grand Murin et le Grand Rhinolophe, nichent à l’ombre des blockhaus construits par les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale. Une réappropriation de l’espace par la faune saluée par la loi française et une directive européenne qui protègent intégralement cette espèce et son habitation. Ou comment une chauve-souris parvient à préserver une sombre partie de notre histoire… À méditer.

Reste néanmoins le souvenir d’une balade inoubliable le long de sites préservés, qui vous donnera à coup sûr envie d’en découvrir plus. Bravo, vous venez de parcourir 35 kilomètres et il vous reste encore tant de choses à voir. Allez, un dernier petit crochet par la presqu’île de Crozon, version caribéenne de la Bretagne ?