Si l’on veut remonter le fil de l’histoire du hamburger, il faut se rendre en Allemagne, terre mythique des frères Grimm et plus précisément à Hambourg, ville d’où vient cette spécialité et qui lui a donné son nom. Sa recette d’origine n’était cependant pas aussi gourmande que celle qu’on connaît aujourd’hui. Il s’agissait alors d’un steak servi avec diverses sauces, que l’on aimait savourer entre deux tranches de pain brioché.

Un met souvent distribué dans les cantines des usines allemandes car il est facile à faire et à manger, nourrissant et reste bon marché. Il était également servi sur la ligne maritime de la Hapag-Lloyd qui reliait Hambourg à New York. On suppose d’ailleurs c’est par ce biais que les immigrés allemands ont importé le hamburger sur le sol américain au 19e siècle.

Un petit sandwich, de grands bouleversements

À New York, ce sandwich est d’abord vendu par des marchands ambulants postés au coin des rues. Mais très vite, les hommes d’affaires s’intéressent à lui et décident d’en faire la star de leurs restaurants. C’est le début des chaînes de restauration rapide de hamburgers avec la naissance de WhiteCastle en 1921, ainsi que de McDonald’s et Burger King dans les années 1950. Aujourd’hui encore, le burger reste une spécialité culinaire emblématique des États-Unis, bien que son succès soit international.

Si son image reste associée à celle des fast food, ce sandwich rond gagne progressivement ses lettres de noblesse, grâce aux revisites de grands chefs, en témoigne la recette au calamar d’Alain Ducasse ou le burger haute couture proposé par Yannick Alléno renommé le hambourgeois.
Si la recette traditionnelle avec une garniture à base de viande hachée de bœuf et de crudités demeure incontournable, le hamburger se décline à l’infini. Avec de la Mozzarella di Bufala Campana et des tomates séchées pour sa version italienne, avec du riz et du chou à la façon japonaise ou encore avec du chorizo et des pequillos pour un burger espagnol. De quoi faire voyager vos papilles !