Dans un milieu alpin où les montagnes et les sapins sont rois, le parc naturel du Grand Paradis protège depuis près de cent ans la faune et la flore qu'il abrite. Inauguré en 1922, c'est le premier parc national établi en Italie. Avec son cousin français, le parc national de la Vanoise qu'il jouxte sur près de 14 km, ils forment l'un des espaces naturels les plus grands d'Europe : 125 000 ha de territoires préservés !

Quatre animaux à préserver, mille paysages à contempler

Ce qui suprend le plus quand on emprunte les petits sentiers de ce parc gigantesque c'est la variété des paysages qui le composent. Des forêts de sapins aux paturages alpins, des torrents aux glaciers, des roches abruptes aux pics des montagnes... notre regard ocsille et se perd dans tant de richesse. Quatre animaux sont au coeur des préoccupations des agents du parc : le bouquetin des Alpes, la marmotte alpine, l'omble des fontaines et l'aigle royal.

Rencontre avec l'animal totem du parc

Le bouquetin des Alpes est le symbole international du parc. Pourquoi ce symbole ? Parce que ce petit animal cornu est à l'origine de la création du Grand Paradis et qu'il incarne toutes les valeurs défendues par le parc. À la fin du 19e siècle, pour éviter son extinction, la réserve du Grand Paradis a été créée pour préserver son environnement naturel. Pari réussi : de nombreux specimens gambadent toujours dans les vallées du parc. Chaque année, des bouquetins italiens franchissent même les frontières du parc (et du pays !) pour aller repeupler tout l'arc alpin.

Sensibiliser les enfants à la préservation de l'environnement

Les guides officiels et exclusifs du parc mènent de nombreuses campagnes de sensibilisation auprès des visiteurs, mais surtout auprès des élèves des écoles de la région. Ils invitent régulièrement les groupes scolaires à les rejoindre dans leur laboratoire en plein air. Les excursions proposées concernent toutes les époques et tous les aspects du parc : la faune, la flore, les métiers traditionnels dans les alpages, la gestion du patrimoine environnemental ou encore la redécouverte du paysage ancestral.

Si le bouquetin reste l'animal symbole du parc, les agents du parc se sont récemment réjouis de voir réapparaître dans ce milieu naturel le gypaète. On n'avait plus vu cette espèce de vautour dans les Alpes depuis plus de cent ans, impressionnant n'est-ce pas ?