Les eaux tropicales sont peuplées d’animaux tous plus colorés les uns que les autres. Une faune arc-en-ciel que les photographes sous-marins, à l’image d’Erwan Amice, se font une joie d’immortaliser. L’animal qu’ils rêvent tous d’avoir dans leur viseur ? Le poisson-ange impérial, bien sûr. De la famille des pomacanthidés, ce vertébré aquatique peuplant l’océan indo-pacifique se distingue de ses 89 congénères par sa robe majestueuse. D’où le titre d’empereur.

Son corps comprimé latéralement, caractéristique des poissons-anges, se pare d’un aplat jaune fluorescent contrasté par de fines rayures bleu électrique. Au-dessus de son museau azur, ses deux yeux, dissimulés dans un masque noir, scrutent les profondeurs maritimes. Une apparence féérique qui évolue tout au long de sa vie. Durant ses premières années, l’ange empereur arbore des lignes concentriques blanches sur fond bleu. Tous les juvéniles de la famille des pomacanthidés se ressemblent. Un subterfuge visuel dû au caractère territorial des mâles qui défendent farouchement leur secteur. Qu’importe leur espèce, les jeunes poissons chétifs sont alors considérés comme l’un des leurs. Ou quand survie rime avec colorimétrie.