Á Bali, l’hindouisme et ses divinités imprègnent la culture, dictant même les gestes des danseuses. Des idoles auxquelles le peuple rend hommage dans les nombreux temples de l’île, dont le Pura Tanah Lot au cadre exceptionnel.

Perché sur son promontoire rocheux, à quelques encablures des côtes méridionales balinaises, le Pura Tanah Lot semble flotter entre terre et mer. Pour y accéder, il faut d’ailleurs prendre le bateau ou attendre la marée basse pour s’y rendre à pied. Ce temple surprenant, fouetté par les assauts de l’océan Indien, aurait été construit au 16e siècle par le prêtre Nirartha, tombé sous le charme de cet îlot. D’après la légende, des serpents marins, dont un créé avec son écharpe, protègeraient les lieux des envahisseurs et autres intrus. Quatre siècles plus tard, l'édifice est aujourd’hui un lieu de pèlerinage pour les hindous comme pour les photographes du monde entier qui, eux, célèbrent la beauté de sa silhouette s'embrasant au soleil couchant.