C’est entre les dunes de sable et les oasis du Sahara, l’un des plus beaux déserts au monde, que se forme un vent redouté : le sirocco.

Lorsqu’une une dépression se forme sur la Méditerranée, celle-ci aspire l’air chaud stagnant au-dessus du désert. Une rencontre tumultueuse qui donne naissance au sirocco. Sec et brûlant à la fois, ce vent provoque sur son passage, une montée de mercure. Les températures deviennent alors étouffantes. Quant à ses rafales, elles déferlent avec une telle intensité qu’elles emportent dans leurs tourbillons des poignées de sable. Il arrive alors que les grains rougeoyants soient entraînés directement dans l’atmosphère avant de se poser à des centaines des milliers de km plus nord, comme dans les Alpes. Un phénomène toutefois très rare. C’est, plus fréquemment, sur les côtes de Malte, « l’île de miel », de la Sicile, de la Corse et de la Provence, qu’ils atterrissent, comme pour mieux identifier le long chemin emprunté par le sirocco.