Deuxième plus grand État du pays après l’Alaska, le Texas incarne l’immensité américaine par excellence. Avec ses 696 241 km², il est plus vaste que l’Allemagne, l’Écosse, cette terre de légende, la République d’Irlande, l’Irlande du Nord, l’Angleterre, l’épicurienne Belgique et les Pays-Bas réunis. Ses paysages sont à la hauteur de ses proportions : démesurés. Des grands espaces sur lesquels se projettent des plans de John Wayne comme des cartes postales balnéaires. Car oui, le Texas est un et multiple à la fois. La preuve.

Des panoramas changeants

C’est à l’ouest du Texas que se trouvent les déserts ocre et les montagnes abruptes qui font toute sa popularité, depuis l’avènement du western à la fin du 19e siècle. Des décors naturels arides sur lesquels plane toujours la figure du cowboy. Si bien, qu’au milieu du dédale rocheux du parc national de Big Bend, on s’attendrait presque à surprendre le bout de son chapeau. Plus on s’enfonce vers le centre de l’État, plus ce dernier entame sa mue. La terre jaune orangé, entaillée de failles et de canyons, se pare peu à peu de nuances vertes. Son relief s'apaise, esquissant des courbes rassurantes. C’est la région d’Hill Country, ou le pays des collines, qui fait son apparition, avant de céder sa place aux plages méridionales. Avec plus de 500 km de côtes et des cordeaux de sable blanc, le sud de l’État joue la carte de la douceur. Au large, quelques îles s’égrainent dans le Golfe du Mexique. Á l’image de celle de Padre Island, dont la silhouette longiligne s’étire sur près de 180 km.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas un mais des Texas. Á vous de choisir celui qui vous correspond.