Le Nouveau Monde, une expression galvaudée !

Il est impossible de parler des Mayas et des Aztèques sans faire mention des civilisations qui les ont précédés ; ces deux civilisations de la méso-amérique n'auraient pas vu le jour sans les Olmèques – fondateurs de la fabuleuse cité de Teotihuacan – et les Toltèques. Elles ont en commun de nombreuses caractéristiques : grandes cités organisées, agriculture avancée basée sur la production de maïs (les Mayas sont connus comme le peuple du maïs), un panthéon de dieux multiples en prise directe avec la nature : le soleil, la pluie, le tonnerre etc., la construction de temples et de pyramides, la pratique de sacrifices humains, la connaissance poussée de l'astronomie et des mathématiques et à partir des Mayas, une écriture hiéroglyphique unique en Amérique centrale et méridionale. L'étude des calendriers mayas stupéfie encore de nos jours par leur complexité et leur précision surprenante.

Des différences géographiques, chronologiques et politiques

Entre 300 et 900 ans après Jésus-Christ les Mayas s'imposent dans le Yucatán et s'étendront très vite vers le Bélize, le Guatemala, le Honduras et le Salvador. Ces différents empires ne seront jamais unifiés. Ces derniers coexistent mais ne s'allient pas contrairement aux Aztèques qui, aux 14e et 15e siècles fonderont la prestigieuse Tenochtitlan, une des plus grandes villes du monde devenue aujourd'hui Mexico. A l'inverse des Mayas perpétuellement en guerre, les Aztèques, grâce à leur esprit de conquête et aux alliances militaires conclues avec d'autres cités, surent créer un véritable empire qui dura jusqu'aux prémices de la conquête espagnole à la fin du 15e siècle. Si l'on ignore les causes exactes de l'anéantissement de la civilisation maya, les Aztèques eux, payèrent au prix de leur perte l'irruption des conquistadors et la conquête de Cortès qui mit un point final à cette dernière survivante des cultures précolombiennes.

Chichen Itzá et Tenochtitlan, vestiges des cités mayas et aztèques

Chichen Itzá (qui a d'ailleurs inspiré les dessins d'Hergé de Tintin et les Picaros) est aux Mayas ce que Tenochtitlan fut aux Aztèques et reste le symbole de la civilisation maya. Ce site sacré noyé au coeur d'une jungle luxuriante a dominé toute la presqu'île du Yucatán pendant près de mille ans et doit beaucoup à la contribution de diverses ethnies, principalement les Toltèques. La fameuse pyramide de Kukulkan, symbole mondialement connu, est un édifice dédié au dieu des quatre éléments : l'air symbolisé par un vautour, la terre par un épi de maïs, l'eau par un poisson et le feu par un lézard. On y accède par un gigantesque escalier enserré dans deux rampes figurant un serpent. Chaque équinoxe attire des milliers de curieux venus contempler l'ombre projetée sur la tête du serpent dont le corps semble onduler.