Situés en haut de toutes les listes des lieux à voir au moins une fois dans sa vie, les lacs de Plitvice sont assurément « une claque » pour tous les voyageurs qui s’y rendent. Les blogueurs de Miles & Love, Manuelle & Sébastien, sont tombés amoureux de ces paysages idylliques qui confinent à l’irréel. Représentation mentale du paradis pour nos deux voyageurs, ils le hissent sans hésiter au rang de joyaux naturels et dans les endroits qu’ils aimeraient voir préserver sur la planète. Ils ne s'y sont pas trompés parce que l’Unesco range le parc national dans le patrimoine mondial de l’humanité.

Avec 92 cascades et 16 lacs perdus dans une végétation luxuriante à la manière d’un labyrinthe aquatique, le site n’a pas non plus volé son titre de parc national ce qui facilite la rigueur nécessaire à sa préservation. Passant du vert au turquoise en fonction de la lumière et de la météo, l’eau colorée à la perfection est le résultat des minéraux et des micro-organismes présents dans les profondeurs. Au risque de bousculer maladroitement les teintes de ce paysage fragile, les baignades sont interdites.

Objet de toutes les convoitises

Le lieu est extrêmement convoité notamment par les Sud-Coréens, « en raison du succès phénoménal rencontré par une téléréalité dans le pays tournée aux abords du parc » nous explique Miles & Love. Protéger le territoire tout en permettant la fréquentation du site, c’est tout l’enjeu fixé par les équipes du Parc national. Ainsi, s’il est préférable de se promener à pied en suivant les cours d’eau sur des sentiers balisés, des bateaux électriques circulent aussi sur les plus grands lacs afin que chaque visiteur puisse apprécier son petit bout de paradis. Jardins d’Eden pour les uns, les lacs de Plitvice sont aussi surnommés « les jardins du Diable ». Brigué par différents empires avant d’être définitivement reconquis par la Croatie, le lieu fût le théâtre de nombreux affrontements. Par leurs appellations antinomiques, ces terres mettent tout le monde d’accord sur leur caractère mystique.