À l’extrême sud du Chili, non loin du territoire chilien de l’Antarctique, entre la Cordillère des Andes et la pampa patagonienne, le parc national de Torres del Paine magnétise tous les regards. Sur près de 1800 km² - soit un peu plus que la superficie de Londres - il met en avant l’infinie grandeur de la nature. Partout des pics granitiques percent les nuages pour se frayer une place près du soleil. Parmi ces géants de pierre : les Torres del Paine, l’emblématique trio d’aiguilles qui a donné son nom au parc et dont la forme rappelle les Dolomites italiennes. À leurs pieds, des lagons d’une pureté rarement égalée ondulent sous la brise avant que celle-ci ne s’engouffre dans les steppes verdoyantes. Sans oublier le ballet des glaciers millénaires rutilant de beauté, dont le Grey et sa mer d’icebergs. Cette multitude d’écosystèmes est à l’origine d’une biodiversité riche et variée. Le parc abrite ainsi plus d’une vingtaine d’espèces de mammifères, comme le guanaco - un lama sauvage du Chili - et plus de 118 espèces d’oiseaux. Un panel qui lui a permis d’être sacré réserve de biosphère par l’Unesco.

Le parc national de Torres del Paine au Chili.