En Provence, ils font leur apparition un peu partout dans les rues, les églises et les foyers à l’approche des fêtes de fin d’année… Ils ? Les santons, bien sûr ! Ces petites figurines en argile rouge de Provence, peintes dans des couleurs chatoyantes, animent les crèches de Noël. Pour le plus grand bonheur des petits comme des grands ! Si les personnages emblématiques de la scène de la Nativité, à l’instar de la Vierge Marie, Joseph, le petit Jésus et les Rois Mages tiennent une place de choix, ils sont accompagnés des habitants du village vêtus de leur tenue traditionnelle de travail.

La légende raconte que c'est la mère de François d’Assise qui, en 1223, installa une crèche vivante à Greccio, commune italienne. Progressivement, les acteurs furent remplacés par des personnages en bois, cire et carton-pâte. Et c’est à Marseille, en 1775, que la première crèche avec de tels les personnages fut installée. La Révolution française sonne le glas de cette coutume, les églises qui les accueillaient fermant et les messes de minuit étant désormais interdites. C’est pour palier à ce manque que les santons furent créés, d’abord à base de mie de pain, avant que Jean-Louis Lagnel, un Marseillais, n’invente les santons en argile. Les habitants purent ainsi installer leur crèche dans leur foyer, à l’abri des regards.
Les santons font aujourd’hui partie intégrante du paysage provençal, au même titre que la lavande embaume ses paysages.