Nous sommes à Coimbra, ville située à 200 km de Lisbonne, l’éblouissante et à 100 km de Porto et de sa charmante vallée du Douro. L’histoire populaire raconte que Pedro, fils du roi Don Alphonso IV, tombe éperdument amoureux d’Inès, la dame d’honneur de son épouse Constança de Castille. Leur liaison ne tarde pas à être connue de tout le royaume, d’autant que la belle jeune femme lui donne des enfants. En 1345, Constança meurt en couche. Les deux amants s’installent ensemble, non loin du monastère de Santa Clara à Velha.
Dans un contexte de conflit avec la Castille, mais aussi entre l’Église et l’ État, cette aventure fait gronder le peuple déjà survolté. Pour l’apaiser, D.Alfonso IV tente de persuader son fils de quitter Inès pour faire un nouveau mariage royal. Pedro s’y refuse. Puisque rien ne semble pouvoir séparer le couple, en 1355, le roi fait assassiner Inès. Cette dernière fut ensuite sommairement enterrée par ses bourreaux devant l’église de Santa-Clara. Pedro, rongé par la colère et le désespoir, déclare la guerre à son père, avant de se rétracter, rappelé à la raison par la Reine-mère Béatriz.

Deux ans après la mort de sa bien-aimée, Pedro accède au trône et, en 1360, déclare s’être marié en secret faisant ainsi d’Inès, la reine du pays à titre posthume. L’année suivante, il fait construire deux somptueux tombeaux en pierre blanche, gravés de l’inscription « Jusqu’à la fin du monde », dans l’imposant monastère d’Alcobaça. Il y rapatrie sa défunte moitié et, à sa mort, en 1367, est placé en face d’elle de telle sorte que, le jour de la résurrection, les amoureux puissent se réveiller les yeux dans les yeux.
Fait réel ou légende, au fond, peu importe, puisque l’histoire d’amour entre ces deux personnages continue de faire battre le cœur du Portugal. Et fait voler au-dessus de Coimbra, une aura mystique.