Existe-t-il des endroits plus impériaux que ces interminables étendues de sables qui repoussent sans cesse, au loin, la ligne d’horizon ? Les déserts comptent en effet parmi les lieux les plus beaux et les plus impitoyables. Une souveraineté à laquelle se soumet volontiers le réalisateur franco-algérien Rachid Bouchareb. Il nous invite d’ailleurs à le suivre, au sud-est de l’Algérie dans celui de la Tadrart. Façonnées par l’érosion millénaire, les roches se parent d’un camaïeu passant du jaune au rouge. Leurs formes exubérantes repoussent toujours plus loin les frontières de l’imagination, si bien que le corps et l’esprit peinent à en sortir.